Archives pour la catégorie Patrimoine Géologique

Histoire géologique de la Région des Pays de la Loire racontée à partir des roches du « Jardin de roches » du Centre Beautour

Diaporama illustrant l’histoire géologique des 35 roches du « Jardin de roches » du Centre Beautour

Hendrik Vreken

photo-doc-roches-beautour-hendrik

Télécharger le compte rendu ↓

Roches 1 à 6 du « Jardin de roches »

Roches 7 à 11 du « Jardin de roches »

Roches 12 à 16 du « Jardin de roches »

Roches 17 à 21 du « Jardin de roches »

Roches 22 à 27 du « Jardin de roches »

Roches 28 à 35 du « Jardin de roches »

Pour le visualiser en mode pdf, faire un clic droit sur le lien ci-dessus puis un clic gauche sur « enregistrer la cible sous » dans la fenêtre qui s’ouvre puis enregistrer le téléchargement. Sur le pdf, cliquer sur « ajuster une page entière à la fenêtre ». Vous pourrez faire défiler le compte rendu page par page.

Sortie géologique dans la région de Fontenay-le-Comte

 

Avec Pierre Gibaud, André Pouclet et Hendrik Vreken

Dimanche  1 mai 2016

Compte rendu de Hendrik Vreken

1° Meules de Sérigné : conglomérat de la formation de l’Hemenault (Hettangien basal)
2° Faille de Pissotte  : contact entre l’ensemble calcaire du Lias et les schistes siluro-dévoniens de Chassenon
3° Barrage de Mervent : orthogneiss sain et mylonitisé du Complexe cristallophyllien d’Albert
4° Château de Mervent : orthogneiss sain du Complexe cristallophyllien de Mervent et vue sur la vallée de la Mère
5° Sortie de Mervent : orthogneiss partiellement mylonitisé du complexe cristallophyllien de Mervent  – Linéament de Sainte-Pazanne-Mervent – Vue
sur la confluence Mère-Vendée
6° Pont du déluge : l’Unité cambrienne de Roc-Cervelle – Pique-nique
7° Épagne (Sillon Houiller de Vendée) : conglomérats, schistes et psammites du Stéphanien visibles dans un terril – Chevalement en béton.
8° Faymoreau (La Cité) : Coupe de la Tranchée de la Cité ou des Verreries
9° La Verrerie de Faymoreau : étape culturelle !
10° Fours à chaux de Foussais-Payré et carrières voisines à calcaire du Bajocien
Télécharger le compte rendu ↓

Sortie géologique dans la région de Fontenay-le-Comte

Pour le visualiser en mode pdf, faire un clic droit sur le lien ci-dessus puis un clic gauche sur « enregistrer la cible sous » dans la fenêtre qui s’ouvre puis enregistrer le téléchargement. Sur le pdf, cliquer sur « ajuster une page entière à la fenêtre ». Vous pourrez faire défiler le compte rendu page par page.

Sortie géologique dans le Synclinorium de Saint-Georges-sur-Loire

 Sous la direction de Fabrice Redois

Maître de Conférences à l’Université d’Angers

5 juillet 2015

Thème de la sortie

L’unité de Saint-Georges-sur-Loire
de Bouchemaine à Beaulieu-sur-Layon (49) :
influence sur la topographie, les terroirs et l’habitat.

 Compte rendu de Hendrik Vreken

Télécharger le compte rendu ↓

Sortie géologique dans le Synclinorium de Saint-Georges : partie 1

Sortie géologique dans le Synclinorium de Saint-Georges : partie 2

Sortie géologique dans le Synclinorium de Saint-Georges : partie 3

Sortie géologique dans le Synclinorium de Saint-Georges : partie 4

Une mine d’or en Anjou

 

L’or à Saint-Pierre-Montlimart        

1Un article historique de Joseph BREVET : L’or à Saint-Pierre-Montlimart

Société des sciences, lettres et arts de Cholet – Bulletin n°130

Joseph BREVET raconte l’histoire de l’exploitation de l’or à Saint-Pierre-Montlimart.

Article communiqué par Gilberte Billaud, adhérente de l’AVG

Télécharger :   2013.11.16.Mine d'or St Pierre Montlimart.J.Brevet 2013.11.16.Mine d’or St Pierre Montlimart.J.Brevet  

2. Un article de Ouest-France : « À la recherche de gisements d’or dans les Mauges »

Ouest-France Cholet – Actualité  – Mardi 10 septembre 2013.

La filiale d’une entreprise australienne a déposé un permis d’exploration pour étudier les anciennes mines de Saint-Pierre-Montlimart et des environs, en Maine-et-Loire. Le chantier pourrait employer une centaine de personnes.

Télécharger :   2013.11.16.OF.Mine d'or St Pierre Montlimart 2013.11.16.OF.Mine d’or St Pierre Montlimart

 

De nouvelles datations de roches vendéennes

 

Résultats de datation absolue de roches vendéennes        

 communiqués et interprétés par André Pouclet, géologue, membre de l’AVG

Le granite orthogneissifié de l’île d’Yeu est daté à 530 ± 8 Ma par mesure U/Pb par ablation laser à l’ICP-MS sur zircon . 530 Ma, c’est entre le Tommotien et l’Atdabanien, donc clairement le Cambrien inférieur (stade 2 de la série 1 de la charte internationale de 2006). On admettra sans peine que c’est aussi l’âge de l’orthogneiss des Sables d’Olonne.

NB : La datation de l’orthogneiss de l’île d’Yeu est tirée de Pitra et al. (2008) mais n’est pas encore publiée. Elle le sera dans la future notice de la carte géologique de l’île par Hervé Diot.

Dans la notice du Poiré-sur-Vie de Béchennec et al. (2008), de nouvelles datations de bonne qualité (Cocherie, U/Pb sur zircon LA-ICPMS, BRGM) donnent, pour la métarhyolite porphyroclastique de La Chapelle-Hermier, 478 ± 14 Ma, la métarhyolite de Coex, 483 ± 10 Ma et 486 ± 4 Ma, et la métarhyolite porphyroclastique de La Sauzaie, 481 ± 14 Ma et 477 ± 7 Ma.

Plus aucun doute possible. Ces rhyolites sont de l’Ordovicien inférieur, ainsi que la formation de Saint-Gilles. On peut les corréler avec les métarhyolites porphyroclastiques de St-Mathurin qui seraient en contact anormal avec les formations à phtanites s’il est bien vérifié qu’elles sont siluriennes. En revanche, les métarhyolites de Chardrie (Olonne-sur-mer) et  St Hilaire-de-Talmont semblent être stratigraphiquement en dessous. Celles de St Hilaire sont surmontées par la formation gréseuse à Cruziana attribuée à l’Ordovicien inférieur à moyen. Il faut réviser l’âge Wenlock (Silurien moyen) des métarhyolites de La Chapelle-Hermier et s’interroger sur l’âge silurien supérieur de celles de Mareuil qui devient très douteux à moins d’envisager un second épisode rhyolitique déconnecté.

La formation de Sauveterre-Chardrie (Ordovicien inférieur à Cambrien supérieur) thermiquement métamorphisée par le leucogranite (Viséen) des Sables d’Olonne et en contact anormal sur l’orthogneiss (Atdabanien) des Sables d’Olonne lui est donc postérieur d’environ 50 Ma. En revanche, les métasiltites du Cayola sont chevauchées par l’orthogneiss, comme les paragneiss de l’île d’Yeu (chevauchement initial nord-sud). Je ne connais pas la relation entre les métasiltites du Cayola et les métapélites de la pointe du Payré, mais j’envisagerais volontiers un âge Cambrien supérieur à moyen pour cet épisode détritique qu’on ne retrouve pas à Sauveterre.

Dans la notice du Poiré-sur-Vie de Béchennec et al. (2008), le granite d’Aizenay est daté à 335 ± 5 Ma, celui des Clouzeaux à 329 ± 6 Ma, celui de Beaulieu à 328 ± 5 Ma. Compte tenu des données sur monazite non publiées de Michel Faure, je pense que le leucogranite des Sables d’Olonne est contemporain et daté du Viséen entre 330 et 320. Ce magmatisme crustal anatectique est associé à la phase d’extension est-ouest qui fait suite aux chevauchements des nappes supra-crustales du Dévonien supérieur.

 

 

André Pouclet