Archives pour la catégorie Patrimoine géologique vendéen

Patrimoine vendéen

 

Systématique des Dinosaures – Le gîte ichnifère du Veillon (85)

 

  Auteur : Hendrik Vreken

Télécharger le diaporama – Pour le visualiser en mode pdf, faire un clic droit sur un des 4 liens puis un clic gauche sur « enregistrer la cible sous » dans la fenêtre qui s’ouvre puis enregistrer le téléchargement. Mettre en plein écran, le diaporama défile alors diapo par diapo.

Classification des Dinosaures – partie 1

Le gîte à ichnites du Veillon – partie 2 

Le gîte à ichnites du Veillon – partie 3 

Le gîte à ichnites du Veillon – partie 4 

           

Sortie géologique dans la région de Fontenay-le-Comte

 

Avec Pierre Gibaud, André Pouclet et Hendrik Vreken

Dimanche  1 mai 2016

Compte rendu de Hendrik Vreken

1° Meules de Sérigné : conglomérat de la formation de l’Hemenault (Hettangien basal)
2° Faille de Pissotte  : contact entre l’ensemble calcaire du Lias et les schistes siluro-dévoniens de Chassenon
3° Barrage de Mervent : orthogneiss sain et mylonitisé du Complexe cristallophyllien d’Albert
4° Château de Mervent : orthogneiss sain du Complexe cristallophyllien de Mervent et vue sur la vallée de la Mère
5° Sortie de Mervent : orthogneiss partiellement mylonitisé du complexe cristallophyllien de Mervent  – Linéament de Sainte-Pazanne-Mervent – Vue
sur la confluence Mère-Vendée
6° Pont du déluge : l’Unité cambrienne de Roc-Cervelle – Pique-nique
7° Épagne (Sillon Houiller de Vendée) : conglomérats, schistes et psammites du Stéphanien visibles dans un terril – Chevalement en béton.
8° Faymoreau (La Cité) : Coupe de la Tranchée de la Cité ou des Verreries
9° La Verrerie de Faymoreau : étape culturelle !
10° Fours à chaux de Foussais-Payré et carrières voisines à calcaire du Bajocien
Télécharger le compte rendu ↓

Sortie géologique dans la région de Fontenay-le-Comte

Pour le visualiser en mode pdf, faire un clic droit sur le lien ci-dessus puis un clic gauche sur « enregistrer la cible sous » dans la fenêtre qui s’ouvre puis enregistrer le téléchargement. Sur le pdf, cliquer sur « ajuster une page entière à la fenêtre ». Vous pourrez faire défiler le compte rendu page par page.

De nouvelles datations de roches vendéennes

 

Résultats de datation absolue de roches vendéennes        

 communiqués et interprétés par André Pouclet, géologue, membre de l’AVG

Le granite orthogneissifié de l’île d’Yeu est daté à 530 ± 8 Ma par mesure U/Pb par ablation laser à l’ICP-MS sur zircon . 530 Ma, c’est entre le Tommotien et l’Atdabanien, donc clairement le Cambrien inférieur (stade 2 de la série 1 de la charte internationale de 2006). On admettra sans peine que c’est aussi l’âge de l’orthogneiss des Sables d’Olonne.

NB : La datation de l’orthogneiss de l’île d’Yeu est tirée de Pitra et al. (2008) mais n’est pas encore publiée. Elle le sera dans la future notice de la carte géologique de l’île par Hervé Diot.

Dans la notice du Poiré-sur-Vie de Béchennec et al. (2008), de nouvelles datations de bonne qualité (Cocherie, U/Pb sur zircon LA-ICPMS, BRGM) donnent, pour la métarhyolite porphyroclastique de La Chapelle-Hermier, 478 ± 14 Ma, la métarhyolite de Coex, 483 ± 10 Ma et 486 ± 4 Ma, et la métarhyolite porphyroclastique de La Sauzaie, 481 ± 14 Ma et 477 ± 7 Ma.

Plus aucun doute possible. Ces rhyolites sont de l’Ordovicien inférieur, ainsi que la formation de Saint-Gilles. On peut les corréler avec les métarhyolites porphyroclastiques de St-Mathurin qui seraient en contact anormal avec les formations à phtanites s’il est bien vérifié qu’elles sont siluriennes. En revanche, les métarhyolites de Chardrie (Olonne-sur-mer) et  St Hilaire-de-Talmont semblent être stratigraphiquement en dessous. Celles de St Hilaire sont surmontées par la formation gréseuse à Cruziana attribuée à l’Ordovicien inférieur à moyen. Il faut réviser l’âge Wenlock (Silurien moyen) des métarhyolites de La Chapelle-Hermier et s’interroger sur l’âge silurien supérieur de celles de Mareuil qui devient très douteux à moins d’envisager un second épisode rhyolitique déconnecté.

La formation de Sauveterre-Chardrie (Ordovicien inférieur à Cambrien supérieur) thermiquement métamorphisée par le leucogranite (Viséen) des Sables d’Olonne et en contact anormal sur l’orthogneiss (Atdabanien) des Sables d’Olonne lui est donc postérieur d’environ 50 Ma. En revanche, les métasiltites du Cayola sont chevauchées par l’orthogneiss, comme les paragneiss de l’île d’Yeu (chevauchement initial nord-sud). Je ne connais pas la relation entre les métasiltites du Cayola et les métapélites de la pointe du Payré, mais j’envisagerais volontiers un âge Cambrien supérieur à moyen pour cet épisode détritique qu’on ne retrouve pas à Sauveterre.

Dans la notice du Poiré-sur-Vie de Béchennec et al. (2008), le granite d’Aizenay est daté à 335 ± 5 Ma, celui des Clouzeaux à 329 ± 6 Ma, celui de Beaulieu à 328 ± 5 Ma. Compte tenu des données sur monazite non publiées de Michel Faure, je pense que le leucogranite des Sables d’Olonne est contemporain et daté du Viséen entre 330 et 320. Ce magmatisme crustal anatectique est associé à la phase d’extension est-ouest qui fait suite aux chevauchements des nappes supra-crustales du Dévonien supérieur.

 

 

André Pouclet

L’AVG parle du fleuve Yprésis aux portes ouvertes d’une carrière Lafarge

 

 Sables et cailloutis de la carrière de la Gagnerie à Saint-Colomban : des dépôts d’un fleuve Yprésien de 50 millions d’années

 

Invités par Monsieur Nicolas Pucelle, Chef de la carrière-sablière de la Gagnerie et par Monsieur Jean Dugardin, responsable Foncier Environnement, deux représentants de l’AVG ont exposé l’histoire de la découverte du fleuve Yprésis lors des portes ouvertes da la carrière de la Gagnerie appartenant au groupe LAFARGE Granulats.

DSCN2167-copie-copie.jpg

   

                                          Portes ouvertes de la sablière,                                 le vendredi 31 mai et le samedi 1er juin 2013    

Vue-aerienne-carriere-Gagnerie-copie.jpg

Situation de la carrière de la Gagnerie sur une vue aérienne

DSCN2126-copie.jpg

                 Les deux représentants de l’AVG, J. Chauvet et H. Vreken,                     prêts à accueillir les visiteurs

DSCN2142-copie.jpg 

DSCN2139-copie.jpg

        Hendrik Vreken raconte l’histoire de la découverte du fleuve Yprésis,         cartes à l’appui.

L’AVG remercie les représentants du Groupe Lafarge Granulats pour leur accueil très chaleureux et leur accompagnement  au cours de la journée.

Le fleuve Yprésis

2004.008.AVG.Grd-Lieu.Eclogite.jpg

Tracé du paléofleuve Yprésis sur une carte satellite

carte-depots-ypresis-coloree-copie.jpg

                    Situation de la carrière de la Gagnerie à Saint-Colomban,                   dans l’Yprésien fluviatile

Les dépôts fluviatiles Yprésiens de la carrière de la Gagnerie    

Les sables de la carrière de la Gagnerie correspondent très probablement à des dépôts du fleuve Yprésis. Ils contiennent des formations caractéristiques de l’Yprésien :

  • des cailloutis qui comportent des galets roulés remaniant des éléments provenant des terrains calcaires du sud-ouest du Bassin de Paris, en particulier des silex gris patinés du Jurassique et des fossiles du Crétacé supérieur (éponges silicifiées et débris de bivalves ; etc…). Des galets de quartz pourraient aussi provenir du Limousin.

DSCN2178.JPG

  Echantillon de cailloutis de la Gagnerie avec dragées de quartz, silex gris patinés, éponges silicifiées et débris de bibalves

DSCN2183.JPG

Eponges silicifiées des sables de la Gagnerie

  • des argiles grises et blanches riches en kaolinite intercalées dans les sables.
  • des argiles noires riches en matières carbonées. Des argiles analogues, rencontrées dans plusieurs sites dont celui de l’Anse Rouge de Noirmoutier, ont livré d’abondants pollens. L’étude de ces pollens a permis de reconstituer la végétation de l’époque, celle d’une forêt tropicale humide avec des zones marécageuses à mangrove. Les espèces végétales identifiées sont typiques de la végétation de l’époque Yprésienne ; ce sont elles qui ont permis de déterminer l’âge du fleuve. 

 

 DSCN2196.JPG

Argile noire charbonneuse et argile blanche riche en kaolinite de la Gagnerie

 

Situation de l’Yprésien dans une échelle des temps géologiques 

Echelle stratigraphique - Copie copie copie 

 Première publication sur Yprésis en 1994

En 1994, Gaston Godard, Michel Chevalier, Pascal Bouton, Bernard Mouroux, publiaient dans le bulletin n°4 de la Société Géologique de France un article de 20 pages sur la découverte d’  » Un fleuve Yprésien du Berry à La Vendée, témoin de l’évolution paléogéographique et tectonique du Centre- ouest de La France au Cénozoïque. »

Ce fleuve dénommé Yprésis traversait notre région, il y a environ 50 millions d’années, à l’époque Yprésienne (Éocène inférieur, début du Tertiaire). A cette époque, les Dinosaures avaient disparu depuis 15 millions d’années avec la grande crise biologique Crétacé-Tertiaire (crise K-T), tandis que l’Homme n’apparaîtra que 45 millions d’années plus tard.

Des traces de ce fleuve semblent exister jusqu’en Brenne, aux confins du Berry et de la Touraine. Mais c’est surtout à l’ouest de Poitiers, dans les régions de Parthenay puis de Bressuire, que les sédiments fluviatiles dessinent une traînée claire, large de 5 km en moyenne et dirigée vers le Nord-Ouest. Dans les collines vendéennes, l’érosion ultérieure a fait disparaître ces sédiments, mais le fleuve a néanmoins laissé un vestige : il s’agit de la vallée fossile de Saint-Mars-la-Réorthe qui dessine un couloir de 2 km de large, 8 km de long et 50 m de profondeur entre Les Epesses et Les Herbiers. A l’Ouest de Mesnard-la-Barotière, les sédiments réapparaissent et forment une traînée large de 4 km environ, jusqu’à Montaigu. Ils s’élargissent ensuite en aval de Montaigu et recouvrent de très larges surfaces dans tout le Nord-Ouest de la Vendée et le Sud-Ouest de la Loire-Atlantique. Cette région comprise dans l’angle Nantes – Montaigu –  Challans constituait alors le delta du fleuve disparu.

Histoire de la découverte du fleuve Yprésis

Le temps des pionniers.

Les sables, les cailloutis et les grès du Sud-Ouest de la Loire-Atlantique et du Nord-Ouest de la Vendée, en particulier ceux de Noirmoutier, furent étudiés au début du XIXème siècle par Bertrand Geslin, Auguste Rivière, Adolphe Archiac. Ils les attribuèrent au Crétacé supérieur (90 millions d’années), car ils y avaient observé des fossiles de cette époque (éponges,brachiopodes). Ces fossiles roulés provenaient du Bassin Parisien et furent usés et transportés après le Crétacé.

   Une fausse piste : le golfe pliocène de Montaigu

En 1881, Louis Crié montra que les grès de Noirmoutier appartenaient à l’Eocène grâce à la découverte d’empreintes de plantes fossiles de cette époque, les palmiers du genre Sabal. Dans le même temps, Gaston Vasseur étudia les sédiments tertiaires de l’Ouest de la France. Il montra que les sables de la vallée de la Vilaine s’étaient déposés dans une mer au Pliocène (2 millions d’années). On pensa extrapoler cette conclusion aux dépôts de la Loire-Atlantique et de la Vendée. Ces sédiments se seraient déposés dans un golfe de la mer pliocène nommé « paléo­golfe de Montaigu ». Cette conception entraînait une anomalie difficile à expliquer à Noirmoutier, les sables d’âge  » pliocène », donc récents, étant surmontés par les grès éocènes, nettement plus anciens.

  Nouvelles découvertes grâce à la micropaléontologie

Vers 1959, Suzanne Durand employa une nouvelle technique de datation : la palynologie. Elle montra que les pollens contenus dans les sédiments de Noirmoutier appartenaient à des espèces végétales vivant à l’Eocène. Des pollens du même âge furent trouvés dans les sables de Savenay et de Bourgneuf-en-Retz, ils n’étaient pas liés à la mer du Pliocène. Durant les 3 décennies qui suivirent, des études réalisées par Mireille Ters vinrent confirmer la présence dans toute cette région de sédiments de l’Eocène inférieur appelé Yprésien. Dans le même temps, les techniques de datation absolue utilisant les concentrations d’isotopes radiogéniques des roches permettaient d’estimer àenviron 50 millions d’années l’âge de cet étage Yprésien. D’autre part, l’étude des grains de sable, leur usure, leur taille, concluaient que ces sédiments avaient des caractères de dépôts fluviatiles.

 La découverte de l’ancien fleuve Yprésis

En 1990, à l’occasion des levés de la carte géologique (feuille de Montaigu), Gaston Godard et Michel Chevalier découvrirent que les sédiments du prétendu paléo-golfe pliocène de Montaigu se prolongeaient vers le Sud-Est jusqu’aux environs de Mesnard-la Barotière. L’allure en carte des dépôts suggérait une ancienne vallée fluviatile s’élargissant en delta plutôt qu’un golfe marin. L’âge Pliocène devait donc être abandonné au profit d’un âge Yprésien.

Depuis longtemps, on avait observé que les sédiments comportaient de nombreux galets de silex jurassiques : les chailles et quelques fossiles roulés du Crétacé. Ces éléments, transportés par le fleuve, ne pouvaient avoir été empruntés qu’aux sédiments du Bassin Parisien et du Seuil du Poitou. Des traces de l’ancien fleuve devaient donc exister plus loin en amont, vers l’Est. Une large traînée à sables et cailloutis avec les mêmes galets de silex, les mêmes fossiles remaniés fut en effet retrouvée dans la région de Bressuire et suivie jusqu’aux environs de Poitiers. Certains géologues avaient déjà reconnu la présence d’une « formation fluviatile divaguante d’âge éocène ». Des traces du cours disparu semblaient exister plus loin encore vers l’amont jusque dans le Berry. L’absence de sédiments conservés dans les collines vendéennes était rapportée à l’effet de l’érosion plus active dans cette région accidentée et à la surrection du haut bocage vendéen ; la « trouée de Saint-Mars-la-Réorthe » dont l’existence n’avait jamais reçu d’explication vraiment satisfaisante, pouvait représenter un vestige de l’ancienne vallée creusée par le fleuve.

Article de Jean Chauvet

       

En complément, le compte-rendu d’une excursion de l’AVG en 2011 :

 » Sur les traces du paléofleuve Yprésis « 

Télécharger AVG.Bulletin 2011.Article Yprésis AVG.Bulletin 2011.Article Yprésis  

 

La réduction du fer dans un bas-fourneau par l’AVG – Diaporama

 

 Couverture.jpg

Ce diaporama décrit la fabrication d’un bas-fourneau et la réduction du fer par l’Association Vendéenne de Géologie, sous la conduite de Jean-Claude Leblanc, chercheur en paléosidérurgie, associé à  l’UMR 5608, CNRS, UTAH, Université de Toulouse II – Le Mirail.

L’expérimentation s’est réalisée le samedi 16 et le dimanche 17 octobre 2004, chez Monsieur et Madame Giraudeau, à Sainte-Hermine. A cette occasion,  l’AVG avait invité des membres du Groupe Vendéen d’Etudes Préhistoriques à participer.

Jean-Claude Leblanc a donné aux participants les instructions pour construire le four le samedi et  a conduit la réduction du fer le dimanche.

Sa démarche de chercheur était dictée par deux objectifs principaux :

– Utiliser les produits locaux, argile* et minerai de fer*, et les méthodes historiques pour tenter d’obtenir les mêmes produits que ceux trouvés par les archéologues :

  • Argile de la carrière de la Bretaudière (85310 – Chaillé-sous-les-Ormeaux) et 
  • Minerai de fer de la Ferrière (85).

 – « Transmettre un savoir-faire pour conserver ces techniques anciennes dans notre patrimoine culturel ».

Le bulletin 2004 de l’AVG contient un article de Claire König relatant, de façon détaillée, les conditions et les étapes de l’expérimentation. 

 

Télécharger en cliquant sur les liens suivants

Réduction fer 1
Réduction fer 2
Réduction fer 3