Archives pour la catégorie Visites

Liste des visites en bref

 

L’AVG visite le Muséum d’Histoire Naturelle de Nantes

   DSCN5332

 

1.Visite guidée de la galerie des Sciences de la Terre

 Guide : Anne-Morwen Pasquier

 

Les 50 adhérents de l’AVG se répartissent en 2 groupes qui réaliseront par alternance une visite guidée de la galerie des sciences de la Terre et une visite libre des différentes galeries du Muséum.

DSCN5423

2014.03.23.Plan Museum - Copie (3)

Situation de la galerie des Sciences de la Terre au rez-de-chaussée du Muséum

C’est dans l’espace minéralogique et géologique de la galerie, rénové en 2009, que nous sommes accueillis par notre guide Anne-Morwen Pasquier, étudiante en géologie à l’Université de Nantes.

DSCN5336 copie

Madame Pasquier nous décrit la constitution chimique et pétrographique de la lithosphère,  à différentes échelles (atome, réseau cristallin, minéral et  roche).

DSCN5378

Puis nous passons en revue les grandes catégories de roches (roches sédimentaires, magmatiques plutoniques, magmatiques volcaniques et métamorphiques) par l’examen de magnifiques échantillons que nous pouvons toucher librement.

DSCN5352

DSCN5341

 

DSCN5344

Granite porphyroïde

DSCN5346

Diorite orbiculaire

DSCN5347

Granite orbiculaire

DSCN5337

Gneiss œillé

DSCN5338

Roche métamorphique plissée

DSCN5350

Micaschiste à staurotide

DSC01203

Cornéenne

DSC01201

Eclogite

L’histoire géologique de l’estuaire de la Loire

DSCN5362

Après avoir esquissé la formation des grandes catégories de roches, notre guide nous rassemble au centre de la galerie, autour d’une grande carte géologique de l’estuaire de la Loire élaborée par le BRGM.

Cette carte commentée  est accompagnée d’un film d’animation expliquant l’évolution géologique de la région depuis plus de 500 millions d’années.

  DSCN5339 copie

Carte géologique de la région de l’estuaire de la Loire et quelques images du film

DSCN5356

DSCN5357

DSCN5359

http://www.museum.nantes.fr/pages/18-expo_evenement/galerieSdelaT/carte_geol/GeologieNantes11.swf

En s’appuyant sur d’excellents supports, échantillons de roches, carte géologique et film d’animation, Madame Anne-Morwen Pasquier nous a raconté une belle histoire géologique très appréciée par les membres de l’Association Vendéenne de Géologie.

 

2.Visite libre de la galerie des Sciences de la Terre

 

L’appétence géologique développée par la visite commentée nous incite à explorer les différentes vitrines de la galerie et les grandes tables d’exposition des roches.

Minéralogie et pétrographie

Près de 700 échantillons de minéraux issus du monde entier prennent place dans les vitrines latérales de la galerie. Cette collection, enrichie de pièces exceptionnelles, illustre la diversité du monde minéral.

Des minéraux classés ! Qu’ils soient naturels ou synthétiques, taillés ou à l’état brut, de quelques millimètres à plusieurs dizaines de centimètres, les minéraux sont présentés en 8 groupes, en fonction de leur composition chimique et de leur caractère cristallographique. Une place est également consacrée aux pierres précieuses considérées comme les plus beaux des minéraux.

 DSCN5384 copie

Bichromate de potassium et sulfate de cuivre

DSCN5385

Chalcopyrite

Un patrimoine minéralogique régional Plusieurs minéraux présentant un intérêt scientifique et historique remarquable ont été découverts en Loire-Atlantique : la Bertrandite, au 19ème siècle, la Lulzacite et la Minyulite de Pannecé au 20ème siècle.

Bertrandite

Bertrandite avec apatite bleue

Des roches à toucher et retoucher ! Nous pouvons examiner et toucher à nouveau les magnifiques échantillons de roches disposés sur les grandes tables au centre de la galerie.

DSCN5380

Migmatite

Paléontologie

Les  vitrines murales exposent des fossiles qui jalonnent l’histoire de la Vie et de la Terre des origines jusqu’à nos jours, avec un zoom sur les témoins de cette histoire conservés en Loire-Atlantique.

DSCN5396

Stromatolite

DSCN5416

Stromatolite en coupe

DSC01211

Crinoïdes

DSC01209 copie

Trilobite Asaphidae

DSCN5406

Trilobite Dalmanitidae

DSCN5408 copie

Sarcoptérygien – Elpistostegala

DSCN5417

Poisson Ostéichtyen

DSCN5420

Ptérosaure Ramphorhynchidae

Les vitrines de la partie centrale offrent une présentation de nombreux fossiles illustrant la paléobiodiversité des principaux groupes d’organismes végétaux et animaux.

DSCN5390

Basilosaurus isis

Au centre de l’espace de paléontologie, trône un moulage de squelette de Cétacé fossile de 15 mètres de long : Basilosaurus isis.

Ce mammifère marin vivait dans l’océan Téthys, ancêtre de la Méditerranée, au début de l’ère tertiaire, il y a environ 38 millions d’années. Ce prédateur d’une longueur de 15 mètres devait se nourrir, grâce à ses nombreuses dents pointues et dentelées, d’animaux marins (poissons, mammifères, céphalopodes…) de grande taille.

 

3.Visite du vivarium et de la galerie de zoologie

 

2014.03.23.Plan Museum - Copie (2)

Les serpents du vivarium

Depuis 2003, le vivarium est consacré uniquement aux serpents représentés par une vingtaine d’espèces.

120

121

123

113

 

Galerie de zoologie

Ce sont plus de mille spécimens d’animaux vertébrés qui ont été sélectionnés, étudiés, restaurés et organisés selon un parcours qui propose aux visiteurs une classification moderne du monde animal, sous-tendue par les principes de l’évolution, seuls capables d’expliquer la complexité du monde vivant.

L’imposant squelette de la baleine domine la galerie.

Mammifères et Oiseaux

DSCN5429

DSCN5424  DSCN5428

DSCN5430

Squelette de baleine

 

Le Cœlacanthe : un poisson Crossoptérygien qui annonce  la sortie des eaux avec  les Tétrapodes 

DSC01232 copie

Les cœlacanthes sont des poissons crossoptérygiens apparus au Dévonien il y a environ 410 millions d’années. Ils possèdent des nageoires homologues des membres marcheurs des Tétrapodes et des poumons parfaitement fonctionnels.

Assez répandus dans divers milieux aquatiques, on pensait leur ordre éteint depuis le Crétacé, époque à laquelle ils pouvaient atteindre jusqu’à 3 mètres de longueur. En 1938, un premier spécimen fut pourtant retrouvé à l’embouchure de la rivière Chalumna près des côtes de l’Afrique du Sud et un second en 1952 dans les eaux des Comores. Pour cette raison les cœlacanthes sont parfois appelés des « fossiles vivants ».

 

Les papillons font le mur et illustrent la biodiversité

DSC01226

DSC01225

DSC01224

DSC01223 DSC01222

DSC01228

DSC01227

bandeau Museum

Un très beau muséum qui mérite d’autres visites !

 

 

4. Le jardin des plantes, notre lieu de pique-nique

 

156

DSC01237

157

157a

163

158

157f

162

DSC01236

J.Chauvet
Photos : Jean et Catherine Chauvet – Alexis et Claude Strannoloubsky

Suite de la journée à Trentemoult….

Lien : Article de Hendrik Vreken

Visite guidée de Trentemoult

 

 Une de nos deux guides de Voyage à Nantes – Nantes Tourisme

 Une île dans les îles

Trentemoult appartient à un ancien ensemble insulaire : les îles de Rezé, cernées au Nord par la Loire et au Sud par le Seil qui reliait la Sèvre Nantaise à la Loire. Le comblement du Seil a mis fin à cette insularité.

La Loire entre Nantes et Saint-Nazaire (1883)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84390881

 

Les îles de Rezé étaient constituées, de l’amont vers l’aval, de l’île des Chevaliers avec les villages de la Haute-Île, de la Basse-Île, de North House (appelé localement « Norkiouse ») et de l’île de Trentemoult qui était séparée de l’île des Chevaliers par un petit cours d’eau : le Courtil-Brisset.

Carte générale de la France. 131, [Nantes. Nouv. éd.]. N°131. Flle 168 / établie sous la direction de César-François Cassini de Thury

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7711804k/f1.zoom

 

Trentemoult concentrant l’essentiel de la population, le nom de l’île était souvent utilisé pour désigner l’ensemble des îles de Rezé.

http://www.xleroy.net/NavPaysImage/index.html

Aujourd’hui, les anciennes îles de Rezé constituent un quartier à part entière de Rezé : Trentemoult-les-îles.

 

Plan de Trentemoult-les-îles

En allant de l’Est vers l’Ouest, on retrouve la Haute-île au Nord de la rue des Chevaliers, la rue du Seil, la Basse île et la rue de la Basse île, Norkiouze puis Trentemoult. 

 

Origine du nom

Comme le montre la carte de César-François Cassini de Thury, toutes les îles nantaises, inondables, étaient occupées par des prés ; on y a élevé de tout temps des troupeaux de vaches.

Selon la tradition, le village de Trentemoult devrait son nom à un exploit guerrier qui eut lieu lors du siège de Nantes par les Normands au IXème  siècle : trente braves vachers auraient combattu contre les Vikings.

Moins épique mais peut-être plus crédible, « Trentemoult » pourrait être également issu de « trente moux ». Les vachers auraient construits leurs cabanes sur des « moux » ou tertres en prévision des crues.

L’île des pêcheurs

Les Trentemousins avaient la caractéristique, jusqu’au début du XIXème siècle, de vivre presque entièrement de la pratique de la pêche. Ils bénéficiaient notamment de ce privilège dans l’estuaire de la Loire, octroyé en 1397 par le duc de Bretagne Jean IV.

Les pêcheurs de Trentemoult embarquaient dans des petites barques à fond plat, appelées « barges », à deux pour la pêche en Loire et à trois pour celle en mer. Pour cette dernière, ils n’hésitaient pas à s’aventurer jusqu’à La Rochelle et Lorient. À l’automne, ils se rendaient dans la baie de Mesquer (entre estuaire de la Loire et baie de la Vilaine) pour la pêche au hareng.

Barge de Trentemoult 

http://www.xleroy.net/Rassemb/AnIV/anIVmarineerez%E92.pdf

 

La Compagnie des Indes orientales 

Après la découverte de l’Amérique, le commerce de Nantes s’orienta tout naturellement vers les Amériques. Les relations étaient devenues habituelles avec les colonies naissantes des Antilles et de Saint Domingue (ancienne Haïti) : commerce binaire (coton, café).

En 1664, Louis XIV, par les soins de Colbert, fonda la Compagnie des Indes Orientales (ou du Levant) pour encourager le commerce vers les contrées lointaines au-delà du Cap de Bonne-Espérance à l’exemple des Hollandais et des Anglais.

Le siège de La Compagnie des Indes Orientales fut à Nantes jusqu’en 1733, et même après avoir été déplacé officiellement à Lorient , Nantes continua à profiter de ce juteux commerce :  épices comme la cannelle de Ceylan, tissus (soies de Chine, mousselines et indiennes de l’Inde), porcelaines, thé, café, sucre, drogues médicinales, bois précieux, plantes exotiques sans parler des tigres du Bengale, de l’éléphant d’Asie ou des oiseaux exotiques.… en provenance de lieux dont les noms font encore rêver : Pondichéry, Chandernagor, Madras… 

Parallèlement, l’Europe devint de plus en plus demanderesse en sucre. Louis XIV évinça les petits planteurs de tabac de La Barbade et de Saint-Domingue au profit des gros planteurs de canne à sucre. Or, la culture de la canne à sucre  exige beaucoup de main-d’œuvre. Le trafic triangulaire synonyme de traite négrière prit alors de l’ampleur, dès 1672, date à laquelle les premiers navires négriers partent de Nantes.

« A côté de ce trafic très spécialisé la grande majorité des négociants et des marins de la Cité des Ducs menaient leurs activités traditionnelles en relation avec l’Europe et les Indes orientales et occidentales sans jamais se mêler de ce trafic triangulaire qui était d’une toute autre dimension, financière notamment, qu’un simple transport maritime. Il est facile de vérifier qu’aucun des modestes navigateurs de Vertou et de Trentemoult n’a participé ni de près ni de loin à ces voyages. En revanche ils ont été nombreux à se battre contre l’Angleterre et à mourir pour l’Indépendance des Etats-Unis. » 

http://www.xleroy.net/Parametres/NavPays.pdf 

 

L’île des capitaines

Au début du XIXème siècle, les marins trentemousins délaissent progressivement la pêche au profit du commerce maritime : cabotage puis long-cours vers l’Egypte, Madagascar, La Réunion, Pondichéry, la Chine ou Haïti, le Brésil, l’Argentine et le Québec.

Trentemoult devient ainsi, et ce pendant tout le siècle, un des principaux foyers de recrutement d’officiers de commerce pour le port de Nantes.

Parmi ce grand nombre de capitaines trentemousins, on peut citer les noms de Julien Chauvelon, capitaine du Belem pendant 13 ans, du Commandant Georges Aubin, à qui l’on doit plusieurs récits de voyages maritimes, de l’amiral Ollive qui accompagna Jules Verne dans les cinq grandes croisières du Saint-Michel III, de 1877 à 1885, ou de l’amiral Lepotier, secrétaire général de la mission française de l’année Géophysique…

 

Trois-Mâts Barque « Belem » – Capitaine Julien Chauvelon

http://www.xleroy.net/NavPaysImage/index.html

Brick « L’Emmanuel » d’Alphonse Ollive (peint par lui-même)

http://www.xleroy.net/Rassemb/AnIV/anIVmarineerez%E92.pdf

NB : un brick est un navire de petit tonnage, à deux mâts gréés en carré ; un trois-mâts, comme son nom l’indique, possède trois mâts !

Pour répondre à la demande croissante des armateurs nantais et des capitaines, des chantiers navals se développent dans les îles, à Trentemoult d’abord, puis à Norkiouse par manque de place : les principaux étant les chantiers Chauvelon et Lemerle dans la première moitié du XIXème siècle, Boju, Clergeau et Tillé dans la seconde moitié.

À l’apogée des chantiers, ce sont des bricks et des trois-mâts qui sortent des cales trentemousines.

Les quais de Trentemoult se souviennent encore de la descente de l’estuaire de la seconde « Belle-Poule » en 1802. Construite à NANTES entre juin 1801 et mai 1802 dans le cadre du programme de construction navale du ministre BRUIX, ancien amiral sauvé de l’échafaud par le Premier consul BONAPARTE qui avait besoin d’hommes de mer, elle est plus grande de trois mètres que la précédente mais elle est surtout plus rapide grâce à une plus grande surface de voilure. Elle est armée de quarante canons pour un équipage de trois cents hommes. Elle sera prise par les Anglais en 1806.

Ce que l’on connaît moins, c’est l’histoire de Jacques Boju, un Trentemousin, qui, sur le brick « l’Albatros », amena depuis l’Espagne la belle Eugénie de Montijo, qui devint ensuite l’impératrice des Français après son mariage avec Napoléon III.

 

Mais à partir de 1880, la marine marchande française décline (crise économique en Europe, suprématie économique, maritime et coloniale de l’Angleterre…) ; Nantes n’y échappe pas avec la concurrence des ports du Havre et de Marseille et des chemins de fer qui tuent le cabotage, la grande spécialité de la marine nantaise.

 

1893 – 1921 : l’âge d’or des cap-horniers

  • La marine marchande française va renaître mais de façon étatique, artificielle et absurde.

Une loi d’aide à la construction des navires à voiles (économiquement et techniquement condamnés dès leur naissance) est votée en catastrophe le 30 Janvier 1893 au lieu d’encourager la navigation à vapeur en plein essor.

Ces navires sont d’autre part construits dans la précipitation par des chantiers sans expérience, ouverts en catastrophe par opportunisme sous la pression d’armateurs transformés en chasseurs de prime fiscale.

Qui plus est, le mode de calcul des primes encourage la construction de navires élancés et rapides (des trois-mâts clippers) pour transporter des marchandises pauvres, lourdes et en vrac (blé, engrais, nitrates), donc instables, ce qui les rendait difficiles à manœuvrer et dangereux à naviguer.

Pire encore, les primes étaient calculées sur la base d’une distance-type de port à port. Les armateurs avaient donc tout intérêt à inciter leurs capitaines à raccourcir les trajets en serrant au plus près l’Antarctique où ils rencontraient des mers terrifiantes et meurtrières.

Pour toutes ces raisons, de nombreux voiliers cap-horniers français connaîtront des fins tragiques.

De 1897 à 1902, grâce à cette loi des primes à la navigation, 107 grands voiliers cap-horniers de primes sont construits dans les chantiers nantais, les armateurs locaux possédant la moitié de la flotte nationale.

  • Pour recruter des officiers, les armateurs se tournent logiquement vers Trentemoult.

On retrouve à la tête de ces navires un bon nombre de capitaines trentemousins : Lesage, Bessac, Boju, Lancelot, Lemerle… D’autres, tels les capitaines Salaün ou Kervégan, viennent de Bretagne pour étudier à Nantes puis s’installent à Trentemoult.

Si les capitaines sont la plupart trentemousins, les marins nantais ont, eux, quasiment disparu, remplacés par des équipages de Bretagne Nord (Paimpol, Cancale, St Malo, Bréhat), du Morbihan et de Normandie, contrées très pauvres à l’époque.

  • Entre 1889 et 1921, les célèbres cap-horniers ont marqué de leur empreinte le commerce maritime international. 

Ils partaient affronter le terrible Cap Horn afin de relier l’Europe à la côte Ouest des Amériques. Sur des trois-mâts d’une centaine de mètres de long, qui peuvent transporter jusqu’à 3000 tonnes de marchandises de vrac, 20 à 25 hommes embarquent pour un an : trafic d’Australie (divers produits à l’aller puis blé, charbon ou balles de laine au retour), du Chili (charbon européen à l’aller, nitrate de soude au retour), de la Côte Pacifique des Etats-Unis (charbon et divers à l’aller, bois d’Oregon ou blé de Californie au retour), importation du nickel de Nouvelle Calédonie, enfin des traversées entre l’Asie, l’Océanie et les deux côtes des Amériques pour des transports de pétrole, de coton, divers…

A cette époque « pré-Canal de Panama », il fallait contourner l’Amérique du Sud par le Cap Horn pour les voyages du Chili, de Californie, du Puget Sound (Etats de Washington et d’Orégon aux USA) et d’Australie.

Cela imposait une navigation très dure dans les mers démontées du grand Sud. Les traversées sont périlleuses, notamment aux abords du fameux Cap Horn. Plus de 100 voiliers cap-horniers français firent ainsi naufrage entre 1890 et 1932.

http://mht-nantes.pagesperso-orange.fr/expos_itinerantes.htm

Cet épisode commercial, bref mais intense, a permis au port de Nantes de relever la tête dans une période difficile pour lui, qui connut le développement de Saint-Nazaire et du chemin de fer.

  • Dans le même temps, se sont aussi posés les problèmes de l’envasement et de l’ensablement de la Loire.

Les autorités de l’époque ont décidé le creusement d’un canal le long de l’estuaire, permettant d’éviter les bancs de sable les plus gênants. Le canal de la Martinière, commencé en 1882, est inauguré en 1892. Long de 15 km, il relie le village de La Martinière (commune du Pellerin) au bras du Carnet (commune de Saint-Viaud). Large de 22 m et profond de plus de 6 m, il permet aux grands trois-mâts de revenir à Nantes, qui retrouve ainsi sa place de 1860. Le canal connaît une intense activité mais cela ne dure qu’une vingtaine d’années (après la guerre, il sert de cimetière pour les grands voiliers).

http://museepaysderetz.free.fr/p_la-martiniere.html

Une solution plus durable est en effet le lancement d’un programme de dragage et de rectification du chenal (dit « programme Baudin »), qui permet en 1914 à des navires de 6 m de tirant d’eau de remonter l’estuaire jusqu’à Nantes.

 

Habitat

  • Les maisons de pêcheurs

C’est également au cours de ce siècle que Trentemoult est devenu un village très coloré. Les pêcheurs d’alors utilisaient en effet les restes de peintures destinées aux coques de leurs bateaux pour enduire les façades de leurs maisons.

Aujourd’hui, les artistes ont remplacé les pêcheurs, mais cette tradition perdure et les rues de Trentemoult ne sont pas sans évoquer un arc-en-ciel : rouge, jaune, orange, bleu, rose…

Les maisons traditionnelles des pêcheurs, adaptées aux crues de la Loire, étaient généralement construites sur trois niveaux.

Le premier, inondable, était occupé par le cellier, la pièce d’habitation étant au deuxième niveau. Le dernier niveau était occupé par un grenier qui pouvait parfois communiquer avec les greniers mitoyens, permettant ainsi aux voisins de se rencontrer sans avoir besoin d’utiliser des embarcations.

Les escaliers étaient en principe extérieurs pour accéder directement à la pièce d’habitation lors des inondations.

Très souvent, elles possédaient une courette ou un petit jardin, encore visibles de nos jours.

La façade des maisons hautes était pourvue d’un crochet pour hisser les meubles à l’étage en cas d’inondation.

Lucarnes et fenêtres hautes étaient munies de crochets de levage sur lesquels on fixait une poulie. Ce dispositif palliait l’étroitesse des escaliers et facilitait le stockage dans les greniers ou l’évacuation des meubles en cas de crue.

 Niveau atteint par la crue de 1872 (plaque fixée sur la façade du « Vaporetto »)

 

La construction des quais (Quai Surcouf à partir de 1850, Quai Marcel Boissard entre 1860 et 1888) a réduit les risques de débordement du fleuve.

Cependant, des grandes crues mémorables ont eu lieu en 1910 et 1935.

 

Depuis, des extensions ont commencé à masquer les façades d’origine (bardage bois, zinc…) et à modifier la forme des maisons et notamment leur épaisseur et leur hauteur. Elles ont aussi absorbé des escaliers extérieurs, des terrasses de soubassement, des balconnets, des corniches, des génoises, des crochets de levage…, autant de détails architecturaux qui caractérisaient les lieux.

Des ruelles, des placettes se sont subitement assombries en raison d’agrandissements trop imposants à l’avant des façades. Des éléments en plastique, en préfabriqué sont apparus : fenêtres, vérandas, garages, clôtures de jardin…

http://www.reze.fr/Urbanisme-Cadre-de-vie/Logement-urbanisme/Trentemoult-les-Isles-une-nouvelle-reglementation-d-urbanisme-pour-preserver-les-facades

 

 

Dans l’entrelacs des ruelles, des maisons colorées, des placettes, de l’humour et des trompe-l’œil !

 

  • Les maisons de Capitaines

Dans la seconde moitié du XIXème siècle, des capitaines au long cours et des cap-horniers, se sentant à l’étroit dans les modestes maisons de pêcheurs et ayant fait fortune, ont construit de cossues demeures bourgeoises autour du vieux village. Dans les jardins de celles-ci, s’épanouissent encore aujourd’hui palmiers et autres plantes exotiques (Camelias, Magnolias…) ramenés d’outre-mer, donnant au petit port de Loire un air d’île tropicale et nous conviant à des voyages imaginaires.

Et toutes ces plantes ont réussi à s’acclimater grâce à notre microclimat littoral à tendance méditerranéenne.

Il paraît que seuls les capitaines qui franchissaient le Cap Horn pouvaient planter un palmier dans leur propriété.

 

Navettes fluviales

Un service de steamers, entre Trentemoult et le quai de la Fosse, est inauguré le 21 août 1887 ; il a pour nom Roquio. C’est le début d’une aventure qui va durer jusqu’en 1970.

  • Pourquoi ce nom « Roquio » ?

Il est tiré de l’histoire de Jean Moreau. Qui était donc cet homme ?

D’après les recherches de Serge Plat, il est né le 27 août 1790 au village des Landes à Bouguenais, ses parents s’appelaient Julien Moreau et Marie Lucas.

En 1837, on le retrouve gardien de bestiaux sur la prairie de la Bourgeoisie, l’actuelle zone commerciale Atout Sud (voir carte). Il ramasse aussi le crottin pour boucler ses fins de mois, les temps sont durs.

Il ne vit pas seul. Il a une amie, Modeste Jasneau avec laquelle il habite village du Goulait Paireau à Rezé. Il vit dans le péché en quelque sorte.

Le maire de Rezé décide alors de lancer une collecte en vue de les aider financièrement à se marier.

Plus de 200 personnes vont mettre la main à la poche.

Les noces sont célébrées le vendredi 15 juillet 1839. Jean Moreau, 49 ans et Modeste Jasneau, 50 ans, unissent leurs destins à la mairie de Rezé, une cérémonie à l’église suivra le 17 juillet. Avec un pique-nique grandiose, une joyeuse fête champêtre.

Et l’histoire rebondit…

Un an plus tard effectivement, en 1840, les époux galèrent toujours au niveau financier. Un nouvel acte de générosité est organisé le 19 juillet 1840 à l’occasion de l’anniversaire de leur mariage. La population est de la fête. Et la tradition va perdurer chaque année sous l’intitulé « le pèlerinage des époux » puis la « fête des époux Retiaux », selon un article de 1848.

De Retiaux à Roquio, il n’y a qu’un pas !

On n’en est pas sûr à cent pour cent mais l’on sait que le surnom de Roquio fut donné à Jean Moreau à la suite d’une assemblée. Le mystère demeure aujourd’hui, la légende se poursuit. En attendant, la fête annuelle prendra des proportions hallucinantes, on comptera jusqu’à vingt mille personnes avec des stands forains, baraques de tirs, mâts de cocagne et montagnes russes. Ce rassemblement va durer jusqu’en 1914. Il disparaît après la Grande Guerre.

 

 http://les-gaillards-d-avant.over-blog.org/5-categorie-11974792.html

  • Que sont devenus les Roquios ?

Il ne reste aujourd’hui que 3 unités :

–          le « Chantenay n°10 »,

–          le « Roche-Maurice », remis en état par un particulier à Angers,

–          et le « Pont-Rousseau », qui sert de bureau pour une école de permis bateau.

Désarmé au début des années 1970, le « Chantenay n°10 » a été racheté en 1997 par l’ABPN (Association des Bateaux du Port de Nantes), à l’état d’épave, et a subi une importante restauration au cours des années 2000. Les travaux se sont finalement achevés en 2008. Le « Chantenay » a ainsi retrouvé une seconde jeunesse ;  il navigue aujourd’hui sur l’Erdre. En 2013, il a été classé Monument Historique.

 Le Roquio « Le Chantenay n°10 » amarré Quai de Versailles à Nantes

http://www.abpn-nantes.com/album/le-roquio-le-chantenay/

http://www.ouest-france.fr/les-rendez-vous-de-lerdre-en-roquio-ca-de-la-gueule-638445

  • Et aujourd’hui ?

Depuis 2005, deux Navibus (« L’Île de Nantes » et le « Chantenay ») assurent à nouveau la liaison avec la gare maritime du centre de Nantes, rappelant l’époque où le Roquio était l’un des modes de traversée de la Loire.

 

Le navibus

Au premier plan, le port de plaisance de Trentemoult ! Vu l’envasement, une aberration certainement de la part des concepteurs de l’ouvrage qui ignoraient sans doute l’importance du « bouchon vaseux » qui se forme au contact entre l’eau douce de la Loire et l’eau salée de l’Atlantique et qui remonte parfois jusqu’à Ancenis !

NB : La vase sédimente dans l’estuaire. Cette floculation est provoquée par les cations de l’eau de mer (Sodium, Magnésium, Calcium) qui permettent l’agrégation des particules argileuses chargées négativement apportées en suspension par la Loire.

 Port de plaisance de Trentemoult à marée basse

 

Cinéma

Dans les années 1980, le village se mourait. Mais sa mémoire a été révélée par un enfant du pays, Jean-Loup Hubert, avec son film « La Reine blanche » avec Catherine Deneuve, réalisé en 1990.

Du nom d’un char, présentant à la mi-carême de Nantes une reine métisse, ce qui fit scandale. Car Trentemoult était aussi un village de carnavaliers réputés. Et l’idée de bousculer la bourgeoisie d’en face a toujours fait partie de l’esprit du village ! Un village de guinguettes où venaient se distraire les Nantais traversant la Loire à bord des Roquios.

http://www.reze.fr/Les-quartiers/Trentemoult-les-Isles/Presentation-du-quartier

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Reine_blanche

http://www.premiere.fr/film/La-reine-blanche-132267/(affichage)/photos

 

Claude Chabrol est également venu y tourner « La Demoiselle d’honneur » en 2005.

 

Les régates de Trentemoult

Le Centre nautique Sèvre-et-Loire (CNSL), association basée à Trentemoult, organise chaque année, au mois de septembre, les Régates de Trentemoult.

Plus que centenaire, cette compétition nautique attire chaque année en septembre plusieurs milliers de spectateurs sur les quais.

 

Photo Ouest-France

 

Art conceptuel

Le Pendule de l’artiste suisse Roman Signer a été installé lors de la manifestation Estuaire 2009.

Roman Signer a découvert une centrale à béton inutilisée. Construite à la fin des années 1960, elle revêt un caractère très riche pour l’artiste : près du fleuve, mécanisme d’apparence complexe, couleur rouge qui la détache du paysage, fonction de transformation de la matière.

C’est cette richesse et ce pouvoir évocateur que Roman Signer a souhaité mettre en lumière grâce à une intervention minimale. Un grand pendule de 7 m de long s’accroche au bâtiment. Il bat le temps, régulièrement et inexorablement. Il rythme aussi le flux incessant du fleuve, son caractère immuable, sa violente et tranquille puissance.

Cette horloge absurde, sans aiguille, marque la lente déchéance du bâtiment, la course inéluctable des êtres et des choses vers leur disparition.

Roman Signer est connu pour ses performances “explosives”. Fasciné par la puissance de la nature, il n’a de cesse de l’expérimenter en lui exposant des objets. Éprouvant les limites du danger, ses actions se caractérisent par une force poétique inouïe.

http://www.nantes-tourisme.com/activite/pendule-roman-signer-2531.html

 

Et pour finir, une femme de mode célèbre : Lisette Alvarice Janbier !

Elle a sa place à Trentemoult.

 

Mais elle n’a jamais existé ! Vu son nom, c’aurait été trop beau !

On retrouve là une fois de plus l’esprit bon enfant, espiègle et certainement un peu frondeur de Trentemoult.

Quelques panneaux rappelant l’histoire maritime de Trentemoult

Hendrik Vreken